Les enjeux de la Formation

Les enjeux de la Formation et l'Examen
 

 

Déroulement d’une formation  complète

Dans un premier temps il faut préparer l’examen du code de la route :

Cela signifie utiliser les outils pédagogiques mis à disposition pour optimiser son niveau de connaissance ;  le code de la route permettant d’évoluer en toute sécurité au milieu des autres usagers. Comme toute règle, le code doit être compris et respecté par tous. Cela implique de se rendre à l’auto-école sur les  horaires d’ouverture de la salle de code et de participer aux différentes séries cours et tests  proposées par l’établissement, d’assister aux corrections, mais aussi  de suivre tous  les cours thématiques proposés. Une fréquentation régulière et sérieuse mènera à la réussite rapide  de l’examen dans de bonnes conditions.

Dans un deuxième temps, se préparer à l’examen du permis de conduire :

Cette formation préparatoire doit permettre d’acquérir des comportements sûrs et adaptés aux situations de conduite, afin de rouler en sécurité, pour le conducteur et les autres usagers.

Il est remis à l’élève un livret de formation, qui comprend le descriptif de la formation, les compétences qui doivent être acquises avant le passage de l’examen du permis de conduire

La formation initiale dans le respect  du REMC :

Des grilles de progression, au nombre de 4, regroupent les compétences à acquérir et à maîtriser.

Pour commencer la leçon de conduite, l’enseignant explique à l’élève quelle sera la compétence à travailler, lui donne les explications nécessaires et claires à l’aide de schémas, fait une démonstration de ce qu’il vient d’expliquer si nécessaire.

Il fait alors réaliser à l’élève différent exercices qui lui permettront de développer la compétence travaillée. À la fin de la leçon, l’élève effectuera une auto-évaluation, complétée par le bilan de l’enseignant.

En effet, il est important que l’élève soit,  à tout moment de sa formation, conscient de son niveau, aussi bien en termes de progression que de compétences restant à acquérir.

L’élève commence par apprendre à déplacer le véhicule, dans un environnement où le trafic est très faible, il peut ainsi se concentrer sur l’acquisition des automatismes sans avoir à gérer la circulation.

Puis il va devoir mettre en application toutes les règles du code de la route, apprendre à circuler avec les autres usagers, à partager la route avec ceux-ci, d’abord dans des conditions normales, ensuite dans des conditions plus difficiles, telles qu’un trafic dense, une circulation rapide ou encore des conditions comme une adhérence réduite ou une mauvaise visibilité.

Il apprendra aussi également à stationner et à manœuvrer en toute sécurité.

À la fin de la formation initiale, lorsque l’ensemble des compétences a été travaillé, l’élève va pouvoir, selon son âge et la formule d’apprentissage choisie au départ, opter pour :

Le passage de l’examen de conduite

Lorsque l’ensemble des compétences requises a été validé par le formateur, l’élève, après un examen blanc effectué à l’auto-école, est présenté à l’examen de conduite

L’apprentissage anticipé (AAC)

Un futur conducteur peut choisir d’apprendre à conduire dès l’âge de 15 ans avec la conduite accompagnée.

 La conduite accompagnée lui permet d’acquérir une expérience au volant en toute confiance, sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possible, avant le passage des épreuves pratiques et l’obtention du permis de conduire et de l’autonomie.

 Une fois l’examen du code obtenu, et lorsque le niveau de conduite est jugé satisfaisant par l’enseignant après au moins 20 heures (ou davantage si l’enseignant le juge nécessaire) de formation initiale obligatoire, le jeune peut commencer à conduire avec un accompagnateur. L’enseignant lui délivre alors une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Cette attestation prouve que l’élève a atteint le niveau nécessaire et indispensable pour commencer la conduite avec un accompagnateur.

Il est possible, pour l'élève, d'avoir plusieurs accompagnateurs, y compris hors du cadre familial.

Le déroulement de la phase de conduite accompagnée

  • Un rendez-vous pédagogique préalable avec l’accompagnateur est obligatoire, d’une durée minimale de deux heures. Le candidat se retrouve pour la première fois en présence du moniteur et de l’accompagnateur. Ce dernier profite à cette occasion de l’apport des conseils et des informations délivrées par l’enseignant de la conduite afin d’assurer une continuité dans la formation.
  • La conduite avec l’accompagnateur se déroule ensuite sur une durée minimale d’un an. Durant cette période, le conducteur devra parcourir au minimum 3 000 kilomètres, sous la vigilance et les conseils de l’accompagnateur.
  • Un suivi est assuré par l’école de conduite sous la forme de deux rendez-vous pédagogiques obligatoires avec l'élève, l’un entre 6 et 8 mois de conduite (et environ 1 000 kilomètres parcourus), l’autre à l’issue des 3 000 km.

 

Au retour de la phase de conduite accompagnée, l’élève reprendra entre 3 et 4 heures de leçons de conduite, afin de se préparer au mieux à l’examen de conduite. Il sera réalisé au sein de l’auto-école, au cours de la dernière leçon, un examen blanc, qui permettra d’évaluer le niveau de l’élève en situation d’examen.

La conduite supervisée

À la fin de sa formation initiale, ou après un échec à l’examen de conduite, l’élève majeur  peut choisir de s’entraîner en conduite supervisée

Un rendez-vous pédagogique préalable avec l’accompagnateur est obligatoire, d’une durée minimale de deux heures.

La conduite supervisée permet :

  • D’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, d’améliorer ses acquis en attendant de le repasser ; 

Il n’y a pas de minimum de durée (au contraire de la conduite accompagnée) mais un minimum de kilomètres à parcourir est imposé (1000 kilomètres)

Comme pour la conduite accompagnée, à la fin de la phase d’entraînement en conduite supervisée, il sera effectué un examen blanc avant d’être présenté à l’examen de conduite.

Les conditions de passage des épreuves de l’examen

Pour passer l’examen du code, l’auto-école demande à l’élève d’avoir réussi 3 tests (5 fautes maximum) dans les 5 dernières séries d’entraînement.

Les examens de code sont programmés au moins 4 jours par semaine, le candidat peut donc réserver sa place par l’intermédiaire de l’auto-école pour une date très proche.

Pour les examens de code, étant donné qu’il peut choisir sa date d’examen le candidat doit y aller par ses propres moyens.

Pour passer l’examen de conduite, après réalisation d’un examen blanc, l’auto-école dispose de nombreuses dates d’examen (au moins 2 par semaine).

L’élève se voit donc proposer une date d’examen rapidement après la fin de sa formation  (entre 3 jours et une semaine d’attente)

L’auto-école se charge d’emmener et de ramener les élèves sur le lieu d’examen pratique.